Le guide pour choisir le bon catalyseur

Qu’est ce qu’un pot catalytique ?

Si vous ne savez pas ce qu’est un convertisseur catalytique, ne vous inquiétez pas. La technologie n’est pas nouvelle et elle est présente sur pratiquement toutes les voitures en circulation aujourd’hui. Mais il n’y a pas de raison réelle pour que les pots catalytiques soient au premier plan dans l’esprit de tout automobiliste. Ils fonctionnent en arrière-plan en utilisant des réactions chimiques pour nettoyer les gaz nocifs des émissions d’échappement de votre voiture. À moins que le vôtre ne se casse ou, comme cela est devenu de plus en plus courant ces dernières années, que quelqu’un essaie de le voler, il n’y a pas lieu de s’inquiéter.

Dans ce guide, nous vous expliquons tout ce que vous devez savoir sur les pots catalytiques. Vous expliquez le fonctionnement aux matériaux et métaux précieux qui les composent, et comment protéger votre voiture contre le vol de pots catalytiques…

Comment fonctionnent les pots catalytiques ?

Les convertisseurs catalytiques transforment les substances nocives présentes dans les gaz d’échappement d’une voiture. Comme le monoxyde de carbone, l’oxyde nitrique, le dioxyde d’azote et les hydrocarbures, en substances moins nocives. Tel que le dioxyde de carbone et la vapeur d’eau, par le biais de réactions chimiques.

L’intérieur est généralement rempli d’une structure en nid d’abeille sur laquelle est appliqué un revêtement du catalyseur. La substance qui crée une réaction avec les gaz d’échappement, modifiant leur structure chimique.

Des métaux précieux comme le palladium, le rhodium et le platine sont couramment utilisés comme catalyseur. Ces métaux precieux valent la peine d’être récupérés et recyclés lorsque la voiture est mise à la casse. Malheureusement, ces métaux précieux font également des pots catalytiques une cible pour les voleurs.

Les pots catalytiques doivent fonctionner à des températures élevées, jusqu’à 400 degrés, pour maximiser leur efficacité. Pour atteindre cette température de fonctionnement optimale, les premières unités ont été placées près du moteur de la voiture. Cela a causé propres problèmes et le catalyseur a progressivement été déplacé plus loin dans le système d’échappement. (loin de la source de chaleur du moteur )

Dans les voitures d’aujourd’hui, le pot catalytique se trouve sous le véhicule, en direction de la sortie d’échappement, une position qui le rend accessible aux voleurs qui peuvent découper l’ensemble de l’unité sous la voiture.


Types de pots catalytiques

Il existe différents types de pots catalytiques. Un simple catalyseur d’oxydation “bidirectionnel” transforme le monoxyde de carbone (CO) en dioxyde de carbone (CO2) et les hydrocarbures, qui sont essentiellement des particules de carburant non brûlé, en dioxyde de carbone et en eau.

Des convertisseurs catalytiques “à trois voies” plus perfectionnés sont installés sur les voitures modernes. Ils permettent d’obtenir les résultats ci-dessus tout en réduisant les émissions d’oxyde nitrique (NO) et de dioxyde d’azote (NO2). Ces derniers ensemble, sont plus communément appelés NOx, une cause majeure de pollution atmosphérique localisée.

On retrouve le rejet de CO2 également sur la carte grise (certificat d’immatriculation)sur le point V.7 indique votre rejet de CO2 (en g/km) dans l’air sur 1km de conduite type “croisière. Ce sont des informations qui sont demandés lorsque que vous effectuez vos démarches de carte grise.

Qu’est-ce que l’AdBlue ?

Les voitures diesel ont généralement des convertisseurs catalytiques spéciaux. Ils permettent de faire face aux émissions spécifiques des moteurs diesel à allumage par compression. Ces unités de catalyseurs d’oxydation diesel sont régulièrement associées à des technologies supplémentaires de traitement des gaz d’échappement. Telles que la recirculation des gaz d’échappement, les filtres à particules diesel pour piéger la suie et la réduction catalytique sélective.

Vol de convertisseur catalytique

Les vols de pots catalytiques sur les voitures ont connu une augmentation spectaculaire en 2019. En effet, le total de l’année étant environ dix fois plus élevé qu’en 2018.